Le Monde des hommes

Le Monde des hommes commence à la fin du 19° siècle. L'esclavage a été aboli dans les Indes Néerlandaises. Pourtant, l'Inde n'en reste pas moins une colonie qui appartient aux hollandais.

Dans ce paysage politique et social post-esclavagiste, Minke est un jeune indigène brillant. Il étudie à l'HBS, prestigieuse école à Surabaya normalement réservée aux étudiants hollandais. Jeune journaliste studieux et curieux de tout, il rencontre Ontosoroh, "la nyai" (concubine) d'un riche colon hollandais. Indigène de poigne, ambitieuse, forte et indépendante, elle apprit à parler couramment le néerlandais (en plus de sa langue) et s'intéresse à tout. Grande autodidacte, Ontosoroh tient à elle seule l'entreprise et la maison de son compagnon et l'éducation de la belle Annelies, sa fille. Face à cette femme qui - au regard des lois - n'a aucun droit, ni aucune valeur, Minke se rend compte que la Nyai est bien plus proche de lui qu'il ne le pensait. Tout deux s'engagent corps et âmes pour leur liberté et leur indépendance face à la colonisation hollandaise. Liberté résonne...

Par ailleurs, une romance naît du regard croisé entre Annelies la métisse reconnue et Minke l'indigène inconnu.

Cependant, au-delà de cet aspect romanesque du livre, Pramoedya Ananta Toer dévoile un travail minutieux du système colonial et des lois néerlandaises qui régissent l'Indonésie à cette époque. Un profond fossé sépare les indigènes des hollandais. Alors, à travers le jeune indigène "insignifiant", Pramoedya travaille la psychologie, les émotions et les ambitions de Minke pour que sortent de ce roman, tout un regard idéaliste (vision de Minke) qui est contre-balancé par une époque où quelque soit le sujet/débat, un javanais a toujours tort, est toujours fautif face au hollandais. Cette discrimination, Minke mais aussi Nyai, la ressentiront et ils perdront tout ce qu'ils auront construit pour avoir oser afficher leurs convictions et tenter de faire valoir leurs droits.

Le Monde des hommes mélange l'amour, la loyauté, le succès, l'échec mais aussi les conflits politiques et sociaux. Pramoedya Ananta Toer ramène son lecteur à une époque (pas si lointaine) où le pouvoir, l'argent et la couleur primaient sur les valeurs et les droits de chacun.

Sous un style magnifique empreint de subtilités, de poésies et de descriptions précises et imagées, l'auteur nous livre Le Monde des hommes : une véritable perle de la littérature indienne.

« Heureux ceux qui se nourrissent des fruits de leur sueur, tirent du plaisir de leurs efforts et progressent grâce à l'expérience qu'ils ont acquise »

Charlotte, community manager Sauramps